REVIEWTeac

Essai : TEAC VRDS-701T, le mailleur transport CD actuellement disponible ?

RÉSUMÉ

Le lecteur CD-5 (lancé en 1994) se trouvant sur l’une des photos ci-dessus et fonctionnant encore parfaitement le prouve : TEAC fabrique des lecteurs CD à la fois performants et increvables !

POINTS FORTS

  • Qualité de fabrication exceptionnelle
  • Facilité d’utilisation
  • Écran pratique et lisible
  • Mécanique de lecture infaillible
  • Look intemporel

POINTS FAIBLES

  • Poids conséquent
  • Poignées en façade pas au goût de tout le monde

Les mordus du disque argenté le savent : l’entreprise japonaise TEAC a produit parmi les mailleurs lecteurs CD de tous les temps. On se souvient notamment des platines VRDS-T1, 10, 20, 25 et 50, produites dans les années 1990 et considérées à l’époque comme des références. Bon nombre d’entre elles tournent toujours aujourd’hui, tant elles ont été conçues avec soin et à l’aide de composants endurants. Plus de deux décennies plus tard, TEAC ressuscite ce label légendaire et le décline en deux nouvelles platines : la VRDS-701 et la VRDS-701T. Nous avons testé cette dernière.

Penchons-nous tout d’abord sur l’appellation VRDS (pour Vibration-Free Rigid Disc-Clamping System). Il s’agit d’une technologie développée par les ingénieurs de chez TEAC, éprouvée depuis près de 30 ans, qui consiste au maintien le plus rigide possible du CD par un pressage sur toute sa surface. De quoi éliminer toute vibration et offrir ainsi aux audiophiles une lecture particulièrement précise et fluide.

Un système que l’on retrouve sur les platines ultra haut de gamme de la marque Esoteric (le label premium du groupe TEAC) mais qui n’était plus d’actualité chez TEAC depuis feu le lecteur VRDS-25X, un colosse de près de 17 kg qui n’est plus commercialisé depuis 20 ans. En ressuscitant ces quatre lettres qui ont fait les belles heures du CD, TEAC montre toute sa confiance en ce média physique toujours plébiscité par de nombreux audiophiles, et ce alors que des millions de CD sont encore écoutés quotidiennement aux quatre coins du monde.

Un lecteur, rien de plus 

Les platines VRDS-701 et VRDS-701T ont été lancées à l’occasion du 70e anniversaire de la marque, en noir ou en argenté. Elles signent toutes les deux le grand retour du système VRDS sur un appareil badgé TEAC. Elles intègrent la série Reference 700 du constructeur, à savoir le haut du panier. Si la première intègre un DAC discret conçu en interne (TEAC ??) et une commande de volume (une fonction rare qui lui permet d’être connectée directement à un amplificateur de puissance, voire à un système de haut-parleurs actifs), la seconde, en tant que “simple” transport CD, est dénuée d’étage de conversion. Cet appareil se concentre donc uniquement sur le lecture et l’extraction des données numériques présentes sur les disques audio et est donc destiné à être associé à un amplificateur stéréo intégré équipé d’un DAC, ou à un DAC lui-même connecté à un amplificateur.

Une qualité de fabrication exceptionnelle 

D’entrée de jeu, on est bluffé par la présentation particulièrement luxueuse de cette platine. Conçue sur base d’un solide châssis en aluminium, elle arbore une façade particulièrement épaisse, laquelle intègre deux “poignées” de transport… factices, que TEAC vous recommande de ne pas utiliser en tant que telles. Une petite originalité que l’on retrouve habituellement sur les appareils professionnels. Sur ses deux flancs latéraux, on trouve des ailettes longilignes qui servent à dissiper la chaleur. Celles-ci affichent toutes une longueur différente afin d’éliminer au maximum les vibrations.

Enfin, au bas de la platine se trouvent trois pieds ballottants en acier qui semblent mal fixés. Ce n’est bien entendu pas le cas, leur flexibilité assurant un découplage maximal de la structure afin de minimiser, ici aussi, les vibrations. En contrôlant la transmission de ces dernières entre le lecteur de CD et la base de la platine, leur impact est réduit et, selon le fabricant, un son de lecture plus naturel est obtenu sur toute la gamme de fréquences.

L’alimentation est confiée à deux transformateurs toroïdaux de haute puissance, dédiés à la section de contrôle numérique d’une part et au lecteur de CD d’autre part. Les deux transfos, qui ont tendance à générer des vibrations, sont montés sur une structure flottante qui les sépare et les isole du panneau inférieur. Il est intéressant de noter que cette version “Transport” dispose de composants plus grands (et donc potentiellement plus costauds) que ceux embarqués par son frère pourvu d’un DAC, tout simplement car elle dispose de plus de place sous son capot !

Dépouillée, la façade en alu brossé exhibe un écran monochrome aux caractères orangés, ainsi que six boutons de contrôle, une molette qui sert à changer de plage, un bouton d’ouverture et de fermeture du tiroir, et un interrupteur marche-arrêt. À l’arrière, la sobriété est également de mise avec deux sorties numériques (coaxiale et optique), deux jacks (in-out) 3,5 mm 12V trigger, un port parallèle RS232, une prise BNC 10 MHz pour une horloge externe et la prise d’alimentation.

Une lecture infaillible 

Au cœur de l’appareil trône une unité de lecture conçue par les ingénieurs du groupe TEAC. Il s’agit de l’ultime développement du mécanisme VRDS qui, nous le disions plus haut, est considéré comme une référence du genre. Ce n’est pas pour rien que l’on retrouve une mécanique du même genre sur les lecteurs de la branche premium de TEAC (la marque Esoteric), facturés plus de 15.000 € l’exemplaire. Cette nouvelle platine permet donc en quelque sorte d’accéder à l’univers d’Esoteric, mais à un tarif raisonnable. Certes, le mécanisme retenu ici n’est pas similaire au prestigieux VRDS-ATLAS des Grandioso et autres lecteurs de la famille K mais il va néanmoins nettement plus loin que les unités embarquées par la concurrence, en ce compris les lecteurs moyen et haut de gamme de marques comme Denon, Marantz ou encore Rotel.

À titre de comparaison, nous avons pu constater que des disques neufs qui patinent sur le transport CD de Cambridge Audio (le CXC, pourtant lui aussi neuf…), passent en revanche comme une lettre à la poste sur cette platine VRDS-701T (affichée il est vrai à un tarif trois fois plus cher). La fiabilité du mécanisme de lecture proposé par TEAC semble donc bel et bien faire la différence.

Compatibilité 

Comme son frère le VRDS-701, le transport VRDS-701T est lui aussi équipé d’un décodeur MQA et peut donc lire des CD encodés dans ce format jusqu’à 88,2 kHz. Lorsqu’il est utilisé en combinaison avec un DAC à même de décoder le format MQA, la lecture avec décodage de ce format est également possible. Une belle plus-value pour le marché japonais où de nombreux CD sont encodés de la sorte mais un détail pour les autres marchés dont le nôtre. Nous avons néanmoins pu tester cette fonctionnalité avec l’album CD Greatest Hits de Queen en UHQCD/MQA (une importation du Japon qu’on ne peut que vous recommander si vous disposez d’un lecteur compatible). À l’écoute, nous n’avons remarqué aucune différence majeure avec le Greatest Hits classique, mais le tout a le mérite de parfaitement fonctionner !

Nous l’avons vu, le VRDS-701T dispose aussi d’une entrée “horloge externe 10 MHz” qui permet la synchronisation avec un générateur d’horloge maître. De quoi améliorer la qualité audio lors de la lecture tout en synchronisant l’ensemble de votre installation. Nous n’avons néanmoins pas pu essayer celle-ci, n’ayant pas de générateur d’horloge-maître sous la main lors de cet essai.

À l’écoute 

Un lecteur de CD d’un tel niveau exige bien entendu d’être associé à des composants de haute qualité. La majeure partie de ce test a été réalisée avec la platine VRDS-701T reliée à un amplificateur Rotel RA-1592MKII (tant via un câble optique que via un câble coaxial) qui dispose d’un DAC 32 bits/384 kHz provenant de chez Texas Instruments. L’amplificateur alimentait une paire de KEF R3 Meta. Nous avons également recouru au streamer EverSolo DMP-A6 afin de tester les facultés de lecture de la platine avec des disques encodé en MQA. Dans cette configuration, le DMP-A6 fait office de DAC et est relié via deux câbles XLR à l’amplificateur Rotel.

Dans un cas comme dans l’autre, le lecteur VRDS-701T s’est révélé magistral. Si sa signature sonore dépend bien entendu du DAC utilisé, on a remarqué dans les deux cas une précision chirurgicale dans la lecture qui contribue à propulser l’enregistrement sur le devant de la scène. Tout en contrôle et en sérénité, le VRDS-701T peut être qualifié d’analytique mais sans pour autant verser dans un style trop clinique que l’on peut reprocher à certains lecteurs de chez Luxman par exemple. Le TEAC offre une excellente reproduction des détails qui fait merveille à l’écoute de morceaux classiques complexes comme le troisième concerto pour piano de Rachmaninov par Vladimir Ashkenazy (Decca) ou comme John Williams in Vienna (Deutsche Grammophon). Par rapport au transport CD CXC de Cambridge Audio, certes moins cher, les basses et plus globalement la texture des notes les plus graves semblent ici mieux définies, avec une agilité impressionnante. La même précision est de mise dans les fréquences moyennes et hautes où vous jouirez d’un niveau de clarté exceptionnel. Le VRDS-701T excelle aussi à reproduire les voix, Change de Lisa Stansfield (Biography, The Greatest Hits) ou Just the way you are de Barry White (Barry White, The Collection) démontrant une lecture suffisamment délicate que pour restituer les nuances dynamiques et, in fine, l’émotion que communique les deux artistes. Dans un autre style, l’album Shakedown du duo de DJ Freemasons révèle tout son punch avec brio, et ce morceau après morceau. Un recueil exigeant, avec des variations dynamiques importantes et une instrumentation dense, mais rien de tout cela ne perturbe ce lecteur. Ici aussi, il reste calme et organisé, ne laissant pas la rythmique intense des différentes plages le déstabiliser. Le VRDS-701T semble exceller en toute circonstance, peu importe le style musical retenu. De quoi aussi noter qu’à aucun moment le lecteur ne corrompt le signal numérique en augmentant la distorsion et qu’aucun bruit dû à l’alimentation n’est audible, même à très haut volume.

Sur le long terme, le TEAC VRDS-701T offre une écoute décontractée et relaxante sans pour autant manquer le moindre détail du morceau écouté. Certes, ce qui est extrait de chaque disque l’est de manière moins “enthousiaste” dans sa présentation que ne le fait le CXC de Cambridge Audio mais, en revanche, le côté détaillé et riche de chaque lecture a tendance à magnifier les émotions, d’autant plus lorsqu’une voix ou un solo instrumental est à l’oeuvre. De quoi aussi contribuer à rendre les longues sessions d’écoute moins fatigantes.

Après plusieurs semaines d’écoute, on en vient à s’émerveiller de la présentation autoritaire du lecteur (dans le bon sens du terme) et de la manière palpitante dont il reproduit les différentes amplitudes de chaque morceau. Là où le transport CXC se révèle plein d’agilité, de résolution et d’excitation, le TEAC, lui, est plus axé sur l’analyse et le contrôle, avec du muscle quand cela s’impose et de la subtilité lors de l’écoute de musique classique notamment.

Conclusion 

Si vous êtes à la tête d’une collection de CD et que vous souhaitez écouter dans le détail ce qui se trouve sur chacun de vos disques, on ne peut pas imaginer un mailleur moyen de le faire à ce niveau de prix qu’avec ce transport CD TEAC. Minutieusement fabriqué, c’est un vrai plaisir de l’utiliser au quotidien, tant il sonne juste et de manière tant cohérente que musicale. Les plus attentifs seront impressionnés par le soin que la marque a apporté à la construction du boîtier et à l’élaboration de son célèbre mécanisme VRDS, qui fait référence sur le marché depuis plus de 30 ans. À une époque où la plupart des concurrents se contentent d’acheter des mécanismes bon marché, TEAC prend la voie de la qualité et de la durabilité et on ne peut que s’en réjouir. De quoi lire et écouter les milliards de CD qui se trouvent tout autour du globe encore durant de nombreuses années.

Le lecteur CD-5 (lancé en 1994) se trouvant sur l’une des photos ci-dessus et fonctionnant encore parfaitement le prouve : TEAC fabrique des lecteurs CD à la fois performants et increvables !

TEAC VRDS-7017
Prix recommandé : 1.999 € / TEAC Europe






EDITORS' CHOICE